AccueilBlogActualitésTout ce que vous voulez savoir sur la pêche & le poisson

Tout ce que vous voulez savoir sur la pêche & le poisson

Dans les catégories Actualités, Consommer responsable
-
Le 19 novembre 2021
Remontez la filière pêche pour tout savoir sur le poisson En savoir plus
filière pêche


Des mers et cours d’eau jusqu’aux étals de votre poissonnier, vos produits de la mer passent entre les mains de nombreux professionnels de la filière pêche. Qui ? Pourquoi ? Plongez avec nous pour partir à la pêche aux informations ! 


Filière pêche : qu’est-ce qu’il y a au bout de la ligne ? 


Vous aimez déguster votre poisson mariné, de la tête à la queue ou même en raclette ; vous savez qu’il est possible de consommer des produits de la mer issus de la pêche durable ; vous avez appris qu’il y avait des saisons pour le poisson et qu’il était possible de faire du cuir avec les écailles. Mais savez-vous comment le poisson se retrouve dans votre assiette ?  


marin pêcheur


Les métiers de la mer – qui est au bout de la ligne ? 


Tout au long de la filière, des professionnels de la pêche se relaient pour vous proposer poissons et crustacés. Mais qui sont-ils ? 

  • Marin-pêcheur : il participe à l’ensemble des activités de pêche (préparation, repérage des bancs de poissons, relève des filets ou casiers, tri, conditionnement…), mais aussi aux manœuvres de l’embarcation et l’entretien du matériel. Sur un bateau de pêche, on peut retrouver un capitaine, des mécaniciens et des matelots. 
  • Personnel de la halle à marée : on l’appelle aussi « la criée ». Autrefois, les ventes se faisaient en criant. Cet héritage a donné son nom au lieu. C’est là que le poisson est mis en marché après avoir débarqué du port de pêche. Les équipes doivent faire en sorte de préserver la qualité, la traçabilité et la fraîcheur des poissons tout en s’assurant que la chaîne du froid est respectée. Ici, l’offre des pêcheurs est confrontée à la demande. L’opérateur de la criée décide du montant de lancement des enchères. Les mareyeurs font des offres selon l’état du marché et les indications reçues par leurs clients. Les organisations de producteurs fixent des prix planchers pour chaque espèce. C’est-à-dire que le prix de retrait ne peut pas passer en dessous d’un certain seuil. Cela permet aux pêcheurs de protéger leur activité des fluctuations du marché.  
  • Mareyeur : c’est un spécialiste du marché. Il doit connaître toutes les espèces pour fournir et conseiller ses clients selon les arrivées. C’est lui qui se charge de l’achat et des négociations, puis du conditionnement et du transport. Il, est lui, aussi garant de la qualité, la fraîcheur et la traçabilité des produits.  
  • Grossiste : c’est lui qui fournit les poissonniers, les restaurateurs, les industriels ou les grandes surfaces.  
  • Poissonnier : c’est sans doute l’un des métiers les plus connus de la filière pêche puisqu’il est au contact direct des consommateurs finaux. Il s’occupe de la préparation des produits, mais aussi de la transformation pour des plats traiteurs.  


Certains pêcheurs vendent eux-mêmes leurs poissons en circuit court et sont directement au contact de leurs clients professionnels ou particuliers. D’autres pêcheurs préfèrent se passer de grossiste et vendre leur marchandise à un poissonnier, un restaurateur ou un magasin de producteurs.  



Les techniques de pêche – connaissez-vous la drague ? 


Maintenant que vous avez vu les métiers qui composent la filière pêche, intéressons-nous aux techniques de pêche. Eh oui, ça se complique ! Tous les pêcheurs ne pratiquent pas le même métier ! Les techniques sont nombreuses et varient selon les espèces et les zones de pêche. Parmi les principales, on retrouve : 

  • La pêche au chalut : des filets remorqués par un ou plusieurs navires pour capturer les poissons et crustacés près des fonds ou en pleine eau. 
  • La pêche à la ligne ou à la palangre : ces techniques reposent sur la mise à l’eau d’hameçons avec des appâts. Elles peuvent être fixes ou mobiles si elles suivent un navire.  
  • La bolinche : on l’appelle aussi « senne coulissante ». C’est un filet qui va entourer le banc de poisson. Les poissons sont ensuite embarqués avec une grande épuisette. Cela permet de relâcher les espèces non souhaitées.  
  • La pêche au filet : des filets positionnés dans l’eau pour capturer les poissons sur leur parcours. Le maillage, plus ou moins serré permet d’adapter la pêche à l’espèce recherchée. 
  • La pêche au casier : des pièges sont déposés sur les fonds pour capturer poissons et crustacés qui sont attirés par des appâts. 
  • La drague : ce sont des engins ou filets rigides traînés sur les fonds. C’est une technique utilisée pour la pêche aux coquillages enfouis dans le sédiment. Elle est très règlementée, car elle détériore les fonds marins.   
  • La pêche en plongée : les pêcheurs plongent avec des bouteilles d’oxygène pour trouver des coquillages.  
  • La pêche à pied : elle se pratique à marée basse en bord de mer, à la main ou avec un charriot qui déterre et enferme les coquillages qui se trouvent sous le sable.   
pêche au filet


La filière pêche en France – Le grand bleu blanc rouge 


Selon le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, les filières pêche et aquaculture françaises comptent plus de 7 000 bateaux, 16 000 marins, 17 500 emplois en aquaculture et 37 halles à marée.  

En 2015, 730 000 tonnes de produits issus de la pêche ont été vendus sur le territoire français. C’est le thon qui occupe le haut du podium, suivi de près par le merlu et le maquereau.  

Quant aux français, ils consomment en moyenne 35 kilos de produits issus de la pêche par an et par personne.  



Pêche locale – Les circuits courts se mouillent 


Si on ne vit pas en bord de mer, acheter un produit de la mer local n’est pas chose aisée. Certaines indications peuvent vous aiguiller dans vos recherches comme le pays d’origine ou le port de débarquement.  

Et même si ce n’est pas toujours facile, le jeu en vaut la chandelle ! En effet, consommer des produits issus d’une pêche locale permet de garantir la fraîcheur et la traçabilité, mais aussi une rémunération juste pour les professionnels de la filière. Privilégier la pêche locale, c’est aussi faire un geste pour la planète : les poissons vendus en circuit court nécessitent moins d’emballages et de temps de transport. Vous pouvez aussi questionner votre vendeur sur les techniques de pêche pratiquées afin d’éliminer les plus polluantes ou néfastes. 

.

.

Dites-nous, où achetez-vous votre poisson ? Partagez votre réponse en commentaire ou sur Facebook & Instagram ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom/ pseudo pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Nous partageons les données à Akismet pour la protection contre le spam des commentaires. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires.