AccueilBlogActualitésCovid-19 : Que va-t-on retenir ?

Covid-19 : Que va-t-on retenir ?

Dans la catégorie Actualités
-
Le 09 juin 2020
Une fois la crise sanitaire passée, que garderons-nous des habitudes prises pendant le confinement En savoir plus
consommation covid

Il y a eu l’annonce, puis le confinement et une tentative de « retour à la normale ». L’épidémie due à un coronavirus jusqu’alors inconnu a chamboulé les quotidiens, personnels et professionnels. Du jour au lendemain, il a fallu s’organiser autrement pour acheter, pour produire ou pour manger. Parce que les frontières se sont fermées, l’économie locale a renoué avec sa gloire passée. Bonnes résolutions, nouvelle consommation, promesses de gascon ou réelles solutions, qu’allons-nous garder de cette crise sanitaire ?

Consommation, le changement c’est pour maintenant ?

Au-delà de l’aspect médical, cette épidémie due au coronavirus a soulevé de nombreuses questions. Sociologues, instituts de recherche, médias et particuliers, tout le monde s’est demandé si tout allait changer. Quid de ces bonnes résolutions prises durant la quarantaine ? Quid de cette promesse faite à nous-même de consommer autrement ? S’il est encore trop tôt pour se prononcer, certains changements semblent s’ancrer.

Les intentions sont là…

Tous les observateurs l’ont remarqué, cette crise a provoqué de nombreux changements. L’agriculture a retrouvé ses lettres de noblesse, les producteurs ont été érigés en sauveurs et les circuits courts ont fait de l’ombre à la grande distribution et à la production industrielle.

Les études réalisées par divers instituts de sondage le prouvent :

  • Chez Kantar, on estime que 37% des Français se sont davantage tournés vers les circuits courts.
  • Pour Opinion Way, 45% des Français privilégient maintenant le local lors de l’achat. Pour 29% d’entre eux, le made in France est primordial et pour 29%, c’est le label bio qui prime.
  • Selon l’Observatoire Cetelem, 53% des Français voudraient continuer à consommer de manière frugale.

Cette crise sanitaire a provoqué chez les Français un besoin de reprendre le contrôle de leur assiette et de leur consommation et ces différents chiffrent le prouvent.

Jusque chez Granvillage, ces changements se sont fait sentir avec une hausse de la fréquentation du site de plus de 300%.


Mais les contraintes aussi !

Durant la crise plus de 10 millions de salariés se sont retrouvés au chômage partiel et un actif sur cinq a pratiqué le télétravail. Pour certains, malgré la baisse de pouvoir d’achat, ce fut l’occasion de renouer avec le temps qui manquait jusqu’alors, de faire son marché en semaine ou de prendre le temps de sourcer les produits. Mais avec la reprise, ces contraintes de temps reviennent et beaucoup ne pourront plus profiter de la flexibilité permise par le contexte.

Parallèlement, beaucoup de Français se sont tournés vers les circuits courts par peur du virus. En consommant local, la traçabilité et la transparence sont accrues et les risques moindres. Certains ont donc fait le choix de renoncer aux produits issus de la grande distribution, quitte à payer un peu plus cher des produits locaux. Car ne nous y trompons pas, pour de nombreux petits producteurs, s’aligner sur les prix pratiqués par la grande distribution, c’est sacrifier sa rentabilité. Une fois l’épidémie passée et la peur disparue, ceux-ci pourraient retourner à leurs habitudes de consommation et revenir aux rayons des grandes surfaces.

C’est donc l’attitude des consommateurs qui sera déterminante. Si la crise aura renforcé la volonté de consommer local chez celles et ceux qui le faisaient déjà, reste à savoir si les néopratiquants continueront ou renonceront pour retourner à leurs habitudes de consommation antérieures.

Et vous, avez-vous profité de cette crise pour changer vos habitudes de consommation ? Quelle est votre meilleure astuce pour concilier reprise économique et consommation locale et responsable ? Pensez-vous les garder sur la durée ? Dites-nous tout en commentaire ou sur Facebook & Instagram !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom/ pseudo pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Nous partageons les données à Akismet pour la protection contre le spam des commentaires. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires.