Horticulture, fleuristes, jardineries SARL Pépinières Coulié à Chasteaux

Bonjour et bienvenue sur le profil granvillage des Pépinières Coulié !

Créées en 1972 par Jean Coulié, les Pépinières Coulié se sont dans un premier temps spécialisées dans la production de noyers greffés et de végétaux ornementaux en conteneurs destinés aux marchés de gros et de détail. En 1978, l’entreprise développe une nouvelle production : le châtaignier greffé. Elle obtient en 1982 les premiers contrats de multiplication des obtentions INRA de châtaigniers hybrides résistants au dépérissement (Phytophtora cinnamomi et Phytophtora cambivora).

C’est en collaboration avec l'INRA et Agri-Obtentions que la pépinière a alors participé à l'avancée significative de la culture in vitro et in vivo du châtaignier. Mais c’est Jean Coulié qui, après un long travail de deux ans de recherche et de développement, a fait une avancée significative dans la technique de multiplication de ces châtaigniers hybrides résistants à l’encre. Il mit ainsi au point le procédé de bouturage qui vint remplacer la technique de marcottage jusqu’alors employée (technique en réalité très exigente techniquement et moins productrice).Le début des années 90 marque un tournant dans l’activité de la pépinière. En effet, ses activités se sont alors recentrées sur la production des deux espèces fruitières que sont le noyer et le châtaignier ainsi que sur trois espèces ornementales : le Murier platane, l’Albizzia julibrissin et le Lagerstroemia indica. Ces espèces ornementales firent l’objet d’un travail de sélection tout particulier par Jean Coulié, lui permettant de créer ses propres variétés : Périgord Vert (Murier-platane), Rouge de Tuillère et Pompadour (Albizzia julibrisin), et enfin Turenne, Collonge la Rouge, Padirac, Romadour (Lagerstroemia indica).

Enfin, implantée dans le pays de la truffe, la pépinière ne pouvait pas se priver d’être acteur de ladite filière. Fort de son expérience de multiplicateur, la pépinière s’est positionné en amont et multiplie à façon des clones de variétés diverses de chênes destinés à mycorhisation par champignons comestibles (plants truffiers).

En 1992, Jean Coulié met au point la méthode de greffage en vert sur le châtaignier selon une technique voisine de la greffe bouture herbacée de la vigne. Ce procédé permet de répondre à des demandes spécifiques de producteurs souhaitant conserver des variétés anciennes locales ou cultiver des variétés plus actuelles sur des porte-greffes bien spécifiques répondant à des exigences édaphiques particulières.Fin des années 90, la pépinière développe en collaboration avec l’INRA la mycorhisation des jeunes plants de châtaignier par des champignons ectomycorhiziens (Souche de Pisolithus arhizus (= tinctorius)) afin de proposer sur le marché des plants de QUALITÉ SUPÉRIEURE. En effet, cette mycorhisation confère au châtaignier de nombreux avantages : une meilleure résistance, une meilleure reprise au champ et une croissance plus forte. En outre, le champignon mycorhisien étant un antagoniste du Phytophtora, les traitements fongicides se sont trouvés réduits de manière significative, voire supprimés.

Horaires d’ouverture

Merci de nous contacter.

Producteurs associés

Les offres du producteur

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus sur les cookies. En savoir plus sur les cookies