AccueilBlogUne journée avec...Pastoralisme, transhumances, élevage extensif… une spécialiste nous explique !

Pastoralisme, transhumances, élevage extensif… une spécialiste nous explique !

Dans la catégorie Une journée avec...
-
Le 15 décembre 2021
Découvrez en quoi consiste le pastoralisme, un mode d’élevage pratiqué dans certaines régions françaises. En savoir plus
pastoralisme

Dans certaines régions françaises, l’élevage se pratique de manière pastorale : les éleveurs nourrissent leurs bêtes grâce aux ressources naturelles qu’elles trouvent tout au long des parcours qu’ils établissent au gré des saisons. Sabine Débit officie au CERPAM, la structure régionale dédiée au pastoralisme sur la région PACA. Elle nous explique le pastoralisme, ce qu’il implique pour les animaux et les éleveurs, mais aussi pour la nature et l’environnement. Nous lui avons posé quelques questions !


Qu’est-ce que le pastoralisme ? Sabine Débit du CERPAM nous répond


Sabine débit pastoralisme


Bonjour Sabine ! Vous êtes une experte du pastoralisme, pouvez-vous nous en dire plus sur vous ?

Je m’appelle Sabine Débit. Je travaille au CERPAM depuis plus de 16 ans. Le CERPAM, c’est la structure régionale qui s’occupe du pastoralisme dans la région PACA. CERPAM signifie Centre d’Études et de Réalisations Pastorales Alpes-Méditerranée. Au sein de cette association, nous travaillons sur le lien entre le pastoralisme et le territoire. Nous faisons les intermédiaires entre les éleveurs et les autres acteurs. Le CERPAM est une association, composée du monde agricole avec les chambres d’agriculture et les représentants d’éleveurs, le monde de la recherche avec l’INRAE ou l’IDELE, le monde des gestionnaires avec l’ONF ou le CRPF, la fédération des parcs naturels régionaux…



Nous sommes là pour parler pastoralisme, alors commençons par reprendre les bases : qu’est-ce que le pastoralisme ?

Le pastoralisme, c’est une forme d’élevage ancestrale dans laquelle une partie plus ou moins importante de l’alimentation des animaux, est prélevée sur les milieux naturels.
C’est un type d’élevage extensif qui pourrait être défini comme le contraire de l’élevage hors-sol. On a des premières traces du pastoralisme qui datent de l’époque néolithique.

Il est propre à certaines régions françaises et prend place sur des surfaces qui ne pourraient pas accueillir d’autres utilisations agricoles que l’élevage.

Il y a de nombreuses manières de pratiquer le pastoralisme. Certains éleveurs seront en prairie la majorité de l’année et partiront en alpage durant l’été. D’autres passeront leur temps en collines. D’autres encore passeront l’été en alpage et l’hiver dans les prés.



Dites-nous, pourquoi pratiquer le pastoralisme ?

Le pastoralisme présente de nombreux avantages, pour les animaux, mais pas que ! Commençons par eux : le pastoralisme est un type d’élevage qui permet l’expression la plus fidèle du comportement naturel des animaux. Ils ont une vie sociale développée, car ils vivent constamment en troupeaux, ils sont en plein air intégral, ils ont un choix alimentaire très diversifié. ils ont une vraie vie d’animaux grégaires et pâturants.

Pour l’éleveur, c’est une pratique économique. Évidemment, il y a des coûts pour la gestion ou la location, par exemple. Mais les espaces naturels sont des surfaces d’alimentation peu coûteuses.

Enfin, d’un point de vue environnemental, le pastoralisme permet de protéger des milieux menacés. Les pâturages des garrigues et des sous-bois sont un moyen de lutter contre l’embroussaillement ou les risques d’incendies et de développer la biodiversité sur ces espaces en offrant aux espèces des habitats divers.

On peut aussi mentionner les avantages pour les consommateurs qui bénéficient in fine d’un produit de qualité, car provenant d’animaux en bonne santé ayant grandi dans de bonnes conditions.

transhumances & pastoralisme


Pourquoi le pastoralisme n’est-il pratiqué que dans certaines zones sur le territoire français ?

Avant, l’animal n’avait pas qu’un seul but de production. Il procurait également une force de travail, la fumure et des matériaux comme de la laine ou le cuir plutôt. On retrouvait donc l’élevage sur la majorité du territoire. Puis, il y eut la révolution agricole et il fallut produire plus. Les espaces se sont spécialisés : les régions où la terre était suffisamment bonne furent consacrées aux cultures et les autres, à l’élevage.

Aujourd’hui, on retrouve le pastoralisme dans les régions où l’intensification de l’agriculture n’a pas pu se faire: Pyrénées, Massif Central, les Alpes, le sud de la France…



Lorsque l’on parle pastoralisme, on évoque aussi les transhumances. Pouvez-vous expliquer en quoi ça consiste ?

La transhumance est la clé du pastoralisme. Quand il fait chaud et que la végétation sèche, les animaux ne peuvent plus rester où ils sont. L’éleveur va donc leur faire suivre le cycle de l’herbe et les amener en montagne quand il n’y a plus rien à manger en bas, puis les faire redescendre lorsque la neige recouvre les ressources. Le cycle de production des animaux est calé sur les transhumances. Les brebis, par exemple, font leur gestation en montagne et les mises-bas dans les prés. Elles mangent l’herbe des prés qui est assez riche pour leur permettre de produire le lait qui nourrit leurs agneaux jusqu’au sevrage. Lorsqu’elles n’allaitent plus, leurs besoins diminuent. On les sort des prés pour les amener vers des surfaces moins riches. Durant ce temps-là, l’herbe des prés va repousser et sera prête pour accueillir les animaux lorsqu’ils reviendront et leur procurer l’énergie nécessaire pour les saillies avant de repartir pour un nouveau cycle.

Les transhumances sont importantes pour les éleveurs, car les enjeux sont grands : s’il y a un problème, cela pourra mettre en danger les mises-bas et donc sa production.

paturages

Merci à Sabine Débit pour ces précieuses explications sur le pastoralisme et les transhumances. Si vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous sur la Maison de la Transhumance.

Découvrez toutes les rencontres granvillage et suivez-nous sur Facebook & Instagram pour ne pas rater les prochains !

Photos transmises par le CERPAM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom/ pseudo pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Nous partageons les données à Akismet pour la protection contre le spam des commentaires. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires.