AccueilBlogActualitésJournée internationale de l’ours polaire – Futur noir pour les ours blancs

Journée internationale de l’ours polaire - Futur noir pour les ours blancs

Dans la catégorie Actualités
-
Le 27 février 2020
Les ours polaires sont en danger ! En savoir plus
ours polaire

S’il y a une image qui incarne le réchauffement climatique, c’est bien celle de ce petit ours polaire pris au piège, à la dérive sur son bout de banquise. Raison pour laquelle une journée internationale leur est dédiée. Profitons de l’occasion pour faire le point sur cette espèce en voie d’extinction.

Pourquoi faut-il sauver les ours polaires ?

On aurait envie de se blottir contre eux alors que ce sont les plus grands carnivores terrestres. Mais malgré leur imposante stature, ils sont toujours plus vulnérables. On les a vus errant aux abords des villes, affamés et malades ou à la dérive sur leur banquise.

L’ours polaire figure aujourd’hui sur la liste des espèces menacées de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Il y aurait actuellement entre 22 000 et 31 000 ours polaires aux abords de l’océan Arctique. On les retrouve aux États-Unis, au Canada, en Norvège, au Danemark (Groenland) et en Russie. Or, les glaces fondent et entrainent la disparition de leur habitat. Le réchauffement climatique serait responsable de la disparition de 13,4% de la surface des glaces chaque décennie. Les ours polaires et autres animaux sont les premiers touchés. La fonte des glaces réduit le territoire et la période de chasse des prédateurs. Les animaux ne peuvent plus subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs petits, leur santé décline et leur fertilité aussi, conduisant à la disparition lente de l’espèce.

Sans action urgente pour réduire l’émission de gaz à effet de serre, la population pourrait connaître une baisse de 40% d’ici 3 générations. Mais ce n’est pas tout ! L’utilisation de polluants chimiques fait planer une nouvelle menace sur ces belles bêtes blanches. Des chercheurs ont relevé des traces de POP (polluants organiques persistants) sur de nombreux ours polaires. Utilisés dans l’industrie et l’agriculture, ils seraient retrouvés dans les mers et océans, puis au sein d’organismes divers, planctons, poissons, phoques… et remonteraient la chaine alimentaire jusqu’à se retrouver chez les ours.

Résumons : il y la fonte des glaces et la pollution. À cela, ajoutons maintenant le commerce et la chasse légale et le braconnage. Vous voyez le tableau ? Disons qu’il n’est pas des plus optimistes.

Heureusement, nombreux sont les scientifiques à affirmer que les ours polaires pourraient encore être sauvés ! Comment ? En agissant au quotidien pour réduire au maximum son empreinte environnementale. Si vous ne savez pas par quoi commencer, essayez de relever les 52 défis Granvillage. Pas de panique, rien de bien difficile. Juste quelques petits gestes pour faire la part belle aux comportements responsables et écologiques !

Et vous, quels sont vos gestes quotidiens pour contribuer à la préservation des espèces menacées ? Partagez-les avec la communauté sur Facebook ou Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom/ pseudo pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Nous partageons les données à Akismet pour la protection contre le spam des commentaires. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires.