AccueilBlogActualitésLe thé, pratique & théorie

Le thé, pratique & théorie

Dans la catégorie Actualités
-
Le 15 décembre 2019
Pour réchauffer ces courtes journées pluvieuses et hivernales, quoi de mieux qu’un plaid tout doux, un film culte, quelques madeleines et un bon thé chaud ? Pour varier les plaisirs et changer des habituels thés verts ou noirs, on vous partage notre recette de thé de Noël en exclusivité ! Une fois réchauffé(e), installez-vous confortablement pour en apprendre plus sur cette ancestrale boisson. En savoir plus
Alt image article

 

Recette : le thé de Noël aux épices façon Granvillage

 

Pour un pot
20min de préparation
1 heure de cuisson
Difficulté́ 1⁄5

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Victoria Arias ???? (@mangoandsalt) le

Vous aurez besoin de :

  • 100g de thé noir
  • 1 citron jaune
  • 1 orange
  • 10g de gingembre râpé
  • 2 bâtons de cannelle
  • 2 étoiles de badiane
  • 5 graines de cardamome
  • 2 clous de girofle
  • 1 gousse de vanille
  • 1 cuillère de miel

 

Préparation

  • Préchauffez le four à 100°
  • Lavez les agrumes et pelez-les pour retirer le zeste. Prenez garde à ne pas prendre la partie blanche pour éviter l’amertume. Déposez-les dans un plat, sur un papier cuisson et laissez-les dorer au four durant une heure
  • Pilez la cardamome, la cannelle, les clous de girofle, la badiane. Ajoutez le gingembre râpé et la gousse de vanille fendue, coupée en fines lamelles
  • Ajoutez le thé noir et les zestes d’agrumes cuits
  • Placez le tout dans un bocal hermétique
  • Laissez les différents ingrédients s’imprégner des uns et des autres durant au moins 10 jours
  • Au moment voulu, ajoutez une cuillère du mélange dans une boule à thé et plongez-la dans une eau à 90°. Laissez infuser 2 à 3 minutes
  • Ajoutez une cuillère de miel, remuez et buvez !

 

La petite astuce : il peut aussi se transformer en un délicieux grog pour chasser les rhumes. Pour cela, ajoutez 4cl de rhum ambré au mélange. Aucun doute, vous serez doublement réchauffé(e) !

Attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé

 

 

Petit traité sur le thé

 

Le thé à travers les âges

 

L’histoire du thé prend racine dans les ancestrales légendes asiatiques.

Commençons par la légende chinoise, première à faire référence au thé. On raconte qu’en l’an 2737 avant notre ère, alors que l’empereur Shen Nong faisait une sieste à l’abri d’un arbre, une feuille tomba dans l’eau qui bouillait. À son réveil, il choisit de boire malgré tout cette boisson au parfum délicat et la savoura jusqu’à la dernière goutte.
En Inde, le folklore s’inspire du prince Bodhidharma qui, au VI° siècle, décida de partir prêcher le bouddhisme en Chine. Dès lors, il fit vœu de ne se consacrer qu’à son périple et de renoncer au sommeil durant les neuf prochaines années. Après quelque temps sur les routes, la fatigue se fit sentir. Il eut alors une inspiration divine qui le poussa à arracher les feuilles d’un arbuste pour les manger. Il sentit une force suprême s’emparer de lui et put achever sa mission.
Au Japon, la légende diffère quelque peu. On raconte qu’à bout de force, le pèlerin finit par s’endormir. Furieux d’avoir échoué, il s’arracha les paupières et les jeta au sol. Des années plus tard, alors qu’il repassait sur les lieux du drame, il s’aperçut qu’un arbuste avait poussé. Il goûta ses feuilles comprit qu’elles avaient la propriété de garder les yeux de celui qui les mange ouverts.

Revenons maintenant à l’Histoire, la vraie. C’est à l’ouest du Tibet, dans la tombe d’un empereur Han que l’on retrouve les premières traces de thé. De siècle en siècle, le thé apparait dans de vieux écrits, dictionnaires ou textes médicaux. On le considère alors comme une herbe médicinale qui aurait de nombreuses vertus.

Sous la dynastie des Tang, entre 619 et 927 après JC, le thé revêt un usage plus populaire. On voit alors apparaître des maisons de thé et les artistes le mentionnent dans leurs œuvres. Il se consommait alors sous forme de briques, qui une fois réduites en poudre étaient plongées dans l’eau bouillante. On pouvait y ajouter des épices ou du beurre rance. On le consomme d’ailleurs toujours ainsi au Tibet. À l’époque, ces briques étaient si prisées qu’elles pouvaient servir de monnaie d’échange.

Un siècle plus tard, sous la dynastie des Song, la cérémonie du thé se voile de poésie pour se transformer en un véritable rituel.

cérémonie thé
©Wikipédia

Les moines bouddhistes chinois firent voyager la plante jusque dans les contrées les plus reculées d’Asie. Peu à peu, on la retrouva en Inde, au Japon, en Corée et, à partir du XV° siècle, en Europe.

Marco Polo a raconté le thé dans le récit de ses aventures et les Portugais ont alors importé le thé en Europe. 1606, les premières caisses de thé débarquent sur les rives de l’Amstel, en Hollande. Le breuvage est apprécié et se popularise aux quatre coins de l’Europe.

Dès le XVII° siècle, le thé séduit l’Angleterre, puis les émigrants l’emmènent dans leurs bagages, direction le nouveau monde.

À partir du XIX° siècle, les cultures chinoises ne suffisent plus à satisfaire les amateurs de thé du monde entier et l’Inde, alors colonie britannique, prend le relais.

Aujourd’hui, la ferveur est toujours aussi puissante puisque le thé est la boisson la plus consommée après l’eau. 10 000 tasses par seconde seraient bues à travers le monde !

 

Au cœur des plantations de théiers

Le théier est un végétal qui appartient à la famille des camélias. S’il peut atteindre 15 mètres de haut, il est souvent taillé en arbuste afin que ses feuilles restent accessibles. Tout comme les vignes, les théiers sont plantés en rangs serrés sur plusieurs rangées. Il existe entre 300 et 600 types issus de trois grandes variétés de théiers.

La culture des théiers est élevée au rang d’art et la production, l’entretien, la taille ou l’assemblage requièrent un véritable savoir-faire qui se transmet de génération en génération.


© Paul Vincent

Le théier s’épanouit en altitude, dans des régions chaudes et humides, régulièrement arrosées de pluie. La cueillette se fait à la main pour préserver la qualité du breuvage. Il en existe trois types traditionnels :

  • Cueillette impériale : le bourgeon et la première feuille qui suit sont cueillis. C’est l’assurance d’un thé aux formidables qualités aromatiques.
  • Cueillette fine : le bourgeon et les deux premières feuilles qui suivent sont cueillis.
  • Cueillette moyenne : le bourgeon et les trois feuilles qui suivent sont cueillis. Plus grossière, elle perd en qualité

 

Le théier pousse aujourd’hui dans de nombreuses régions du monde :

  • Afrique : Cameroun, Kenya, Île Maurice, Rwanda, Zimbabwe.
  • Amérique du Sud : Argentine, Brésil
  • Asie : Bengladesh, Chine, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie, Népal, Sri Lanka, Taïwan, Vietnam
  • Moyen-Orient : Iran, Turquie

 

Le goût du thé tient de son terroir, du climat sous lequel il a poussé, du type de culture ou encore de la finesse de la cueillette. La couleur du thé, quant à elle, dépend du type de transformation que les feuilles auront subi après la cueillette.

  • Thé blanc : les feuilles sont cueillies puis mises à sécher. Si le processus paraît simple, la méthode de transformation est pourtant très difficile à maîtriser ! Ce thé offre des notes assez douces.
  • Thé jaune : les feuilles sont cueillies puis mises à sécher dans un linge humide, ce qui entraîne une légère oxydation. On lui reconnait des notes vanillées et végétales
  • Thé vert :  les feuilles sont cueillies puis mises à chauffer de manière à stopper l’oxydation naturelle. Cela donne au thé des notes végétales.
  • Thé oolong : les feuilles sont volontairement oxydées. C’est-à-dire qu’elles sont travaillées dans une pièce humide à température élevée et sont brassées à la main. On lui prête des notes fruitées
  • Thé noir : la feuille est complètement oxydée. Sa fermentation est plus longue que les autres couleurs de thé. Son goût est bien plus puissant que les autres couleurs de thé.


©Alice Pasqual

 

Le thé, c’est la santé

Depuis des millénaires, on prête au thé de nombreux bienfaits :

  • Un formidable antioxydant

Il prévient le vieillissement cellulaire et contribue à protéger nos organes.

  • Adieu le stress

Le thé a des effets apaisants. Il permet de réduire le stress et favorise la détente.

  • Concentration maximale

La consommation quotidienne de thé permettrait de stimuler la mémoire et aurait une action bénéfique sur le système nerveux.

  • L’ennemi des maladies

Boire du thé permettrait de prévenir les cancers, l’ostéoporose, les maladies cardiovasculaires ou neurologiques. Il permettrait également de favoriser une bonne santé buccodentaire.

Attention, la théine est stimulante, mais elle peut aussi perturber le sommeil ou entraîner de légers désagréments si on en abuse !

 

Du thé et des tips

Aux thés en sachets, il est préférable d’acheter son thé en vrac. En plus d’être plus économique, c’est aussi un geste pour la planète : un sachet, c’est parfois un emballage plastique supplémentaire, une corde, des agrafes ou de la colle… la dégradation de ces matériaux peut aller de quelques mois à des centaines d’années. Côté santé, les sachets plastiques libèreraient des perturbateurs endocriniens potentiellement cancérigènes.
Le petit plus du vrac ? Une meilleure expérience gustative et olfactive : les feuilles sont généralement entières et ont la place nécessaire pour délivrer leur délicat parfum.

Si vous restez malgré tout dans la team sachets, sachez qu’il existe quelques astuces pour les recycler :

  • Dans les plantes pour contribuer à leur hydratation (attention, il est préférable d’opter pour des sachets en matières naturelles)
  • Pour nettoyer vos miroirs. Passez un coup avec un sachet utilisé, puis un autre avec un chiffon. Admirez-vous en même temps que le résultat !
  • Ils sont magiques en cas de rupture. Alors non, les sachets de thé n’ont pas le pouvoir de faire revenir l’être aimé. En revanche, ils sont miraculeux sur les yeux gonflés. Il suffit de les laisser poser durant quelques minutes.
  • La légende raconte qu’un sachet de thé usagé permettrait d’avoir la chevelure de Raiponce. On ne garantit pas les résultats, mais nous sommes sûrs qu’ils ont un effet bénéfique ! Il suffit de faire infuser le sachet une nouvelle fois dans de l’eau chaude, d’attendre quelques instants qu’elle refroidisse, puis de rincer le shampoing avec cette même eau.
  • Vous vous êtes un peu lâché(e) sur le fromage à raclette et votre frigo vous le fait savoir ? Il suffit d’un sachet de thé pour virer les mauvaises odeurs et le tour est joué !

 

Et vous, quel est votre thé préféré ? Avez-vous une recette secrète ? Comment réchauffez-vous vos journées d’hiver ? Partagez tous vos conseils avec les granvillageois sur Facebook ou Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom/ pseudo pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Nous partageons les données à Akismet pour la protection contre le spam des commentaires. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires.