AccueilBlogTourisme vertgranvillage en voyage – Julia au Maroc

granvillage en voyage – Julia au Maroc

Dans la catégorie Tourisme vert
-
Le 22 février 2021
Julia de granvillage vous emmène en voyage au Maroc En savoir plus
Julia maroc

Vous manquez d’inspiration pour vos prochains périples ? Julia de granvillage vous partage son carnet de voyage du Maroc. Gastronomie, culture, excursions, recettes, astuces… découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur cette destination ! 


Le carnet de voyage de Julia au Maroc


Ça vous dit de connaître le Maroc hors des sentiers battus ? Suivez Julia ! 


À écouter pour voyager durant votre lecture 🎧



Hello Julia, où nous emmènes-tu ?

Je vous emmène au Maroc, pays que je connais assez bien puisqu’avant de revenir en France pour mes études, j’y ai habité 11 ans. Je n’ai aucune origine marocaine, mais quand j’étais plus petite ma maman a pris une année sabbatique en se disant qu’on aller tester la vie au Maroc : « Il fait beau, ce n’est pas très loin de la France et c’est un pays francophone, yallah ! » 

J’ai donc grandi à Casablanca, capitale économique du Maroc et j’ai eu l’occasion de visiter (presque) tout le pays. Je dis “presque” car à mon grand regret, je n’ai pas encore été en plein cœur du Sahara. Vous n’aurez donc pas de cliché de dunes et de chameaux. Mais ne vous en faites pas pour autant, je vous emmène à la découverte du Maroc authentique. Bien que maintenant je vive à Lyon, ma maman y est toujours. J’ai donc l’occasion d’y aller au moins une fois par an.



Quels sont les indispensables à glisser dans sa valise avant de partir ?


De quoi faire l’oignon ! Ma maman va très probablement rire en lisant ces quelques lignes, mais le Maréchal Lyautey disait « Le Maroc est un pays froid où le soleil est brûlant ». Et c’est assez vrai. Il faut donc prévoir des tenues légères, mais aussi pulls et coupe-vent, surtout en fonction des villes / régions visitées. Sinon, je conseillerais des bonnes chaussures. Je ne compte plus les trottoirs sur lesquels j’ai failli me fouler une cheville. Le Maroc évolue beaucoup et très vite, il y a souvent des travaux et donc des trous.

Indispensable si vous n’êtes pas natif : des médicaments contre la tourista. Vous y passerez quoi qu’il arrive… Pour le reste, on n’a pas besoin de grand-chose (ou alors vous le trouverez probablement sur place).

essaouira maroc


Pourquoi cette destination ? 


C’est un peu mon pays d’adoption. J’y ai vécu de très bons moments, les paysages y sont très divers malgré ce que l’on pourrait croire. L’accueil y est très chaleureux. C’est une destination dépaysante, sécurisée, pas très loin, avec autant de possibilités de voyages que d’envies :

De l’escalade dans le Toubkal, des randonnées dans la vallée de l’Ourika ou le rif, du jet set ou de la farniente à Marrakech, de l’architecture à Casablanca (avec l’immanquable grande mosquée Hassan II et toute l’ancienne ville qui date du protectorat), de l’artisanat traditionnel à Meknes et Fès (tanneries) ou Safi (poterie), des spots de surf situés quasiment tout le long de la côte (mon préféré : Mirleft, une petite ville berbère magnifique), des huîtres à Oualidi, de bons spots de kitesurf à Sidi Kaouki ou Dakhla , ou encore les villes incroyables que sont Tanger & Chefchaouen. Et une de mes villes préférées : Essaouira. Ce n’est pas très grand mais l’atmosphère est géniale. Il y a beaucoup de petites échoppes pour y ramener des souvenirs, un marché aux poissons où on peut manger le poisson directement péché et un festival : Gnaoua et Musiques du Monde (toute ma jeunesse). 


Qu’est-ce qu’il ne faut pas manquer sur place ?


Tout dépend de votre point de chute. Je dirais que le plus important, c’est de sortir des sentiers battus et des visites touristiques trop organisées. Le mieux, c’est de se perdre et de se laisser vivre. De boire le thé au détour d’une rencontre (non ce n’est pas un mythe). Si vous êtes vers Marrakech, il y a un éco musée berbère sur la route de la vallée de l’Ourika qui vaut le détour. La vallée de l’Ourika est très belle à voir. Le désert d’Agafaye est aussi assez dépaysant et pas très loin de Marrakech. Il n’y a pas de grandes dunes de sables, mais un coin désertique rocailleux avec de très beaux endroits pour dormir sous des tentes caïdales (tentes traditionnelles). Sur la route pour descendre à Essaouira vous verrez probablement des chèvres dans les arganiers (technique ancestrale pour fabriquer de l’huile d’argan), et de nombreuses coopératives de femmes sur la route. Quelle que soit la ville où vous irez, il y aura probablement un souk et c’est toujours assez folklorique. On vous proposera probablement de vous échanger contre des chameaux ou un troupeau de chèvres. Et il faut savoir allier patience et négociation pour arriver à ses fins, mais c’est aussi comme ça qu’on se retrouve à passer 6 heures chez un marchand de tapis pour finir par dîner avec lui le soir.

Dans les grandes villes, il y a aussi beaucoup de restaurants qui mêlent influences arabes et occidentales, tant dans le style de déco que dans les plats ou l’ambiance et c’est assez chouette. La terrasse des épices est un incontournable en la matière à Marrakech ou la Sqala à Casablanca. Ne soyez pas surpris, certains restaurant ne proposent pas d’alcool.


Une recette traditionnelle à partager ? 


Promis, on sort du cliché, pas de couscous ici. Comme au Maroc on est généreux, je vous en partage 2. 

  • Un tajine de boulettes : une recette avec du kefta (mélange de viande hachée, menthe, oignons et épices), des oeufs, des tomates ou du concentré selon la saison et du pain marocain.
  • Un tajine de bœuf aux pruneaux, abricots & amandes : un boeuf qui se déguste avec des fruits secs, des épices, des amandes, du sucre et de la cannelle pour parfumer.

Et pour les savourer comme là-bas, on les déguste avec les doigts !


Une astuce green à ramener dans ses bagages ?  


Les épices, le savon noir (très pratique pour faire ses propres savons, lessives ou autres produits d’entretien de la maison), de l’artisanat pour garder un souvenir utile. Pour ça, il y a le choix : des tapis, des poufs, de la vaisselle, du linge de maison …. 


Quel souvenir inoubliable gardes-tu de ce voyage ? 


Je dirais Mirleft. J’étais censée aller à Barcelone et le voyage est tombé à l’eau. Du coup j’ai trouvé un stage de surf dans le sud du pays. J’ai débarqué toute seule dans ce petit bled, dans un petit hôtel. Je pense que j’ai passé un des meilleurs séjours de ma vie. Les gens y sont accueillants. Il n’y a pas grand-chose de particulier à visiter mais l’atmosphère est paisible, sereine et la nature magnifique. L’origine linguistique amazigh verrait le nom dériver de la sensation d’extase éprouvée par les voyageurs : myour (ou amyour) signifie « s’habituer » et left (ou itelf) « devenir fou de joie ». 

pâtisseries marocaines julia

Julia vous a donné envie de voyager ? Allez donc faire un tour dans la catégorie Tourisme vert pour trouver de nouvelles inspirations ! Et comme l’a dit Bruno de votre Tour du monde, n’oubliez pas que « Ce n’est pas la destination qui fait le voyage, c’est ce que vous en faites. » 

Vous aussi, vous avez des anecdotes sur le Maroc ? Partagez-les en commentaire ou sur  Facebook & Instagram. Vous souhaitez partager votre carnet de voyage ? Envoyez-nous un petit message à contact@granvillage.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom/ pseudo pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Nous partageons les données à Akismet pour la protection contre le spam des commentaires. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires.