AccueilBlogConsommer responsableDes fleurs locales dans mon bocal

Des fleurs locales dans mon bocal

Dans la catégorie Consommer responsable
-
Le 13 janvier 2020
Tout comme les fruits et les légumes, il existe des saisons pour les fleurs. Et ne paniquez pas, même durant les gris mois d’hiver, il y a des alternatives pour faire rimer écologie et intérieur fleuri ! En savoir plus
Alt image article

 

Téléchargez notre calendrier des fleurs

 

Dites-le avec des fleurs écoresponsables

Le saviez-vous ? En France, 9 fleurs sur 10 proviendraient de pays étrangers. Acheter un bouquet de 25 roses durant l’hiver aurait le même impact environnemental qu’un trajet de 20 kilomètres en voiture. C’est un cadeau apprécié certes, mais empoisonné pour la planète ! La plupart des roses viennent du Kenya où, en plus des kilomètres avalés, elles ont puisé dans les réserves d’eau pour pousser. Ne pensez pas que les tulipes sont épargnées ! Elles ont poussé sous les lumières artificielles des serres surchauffées néerlandaises. Gypsophiles ? Orchidées ? Glaïeuls ? Même combat.

À la consommation d’eau et aux kilomètres de trajet, s’ajoutent également les tonnes de pesticides pour accélérer la croissance des végétaux et l’impact social et sociétal de ces industries sur l’économie locale. Et le calvaire n’est pas terminé. Pour que la fleur préserve sa fraîcheur, on lui injecte un plastique qui fonctionne comme du botox.

Bref, ces bouquets sentent le sapin pour la planète. Mais doit-on pour autant renoncer au plaisir des fleurs ? Et bien non, il suffit de privilégier la filière horticole française et les circuits courts ! Tout comme pour les fruits et légumes, il est possible d’acheter des fleurs locales et de suivre le cycle de la nature. Ne désespérez pas, il y a de quoi (s’)offrir de beaux bouquets tout au long de l’année. En hiver, par exemple, vos vases se feront un plaisir d’accueillir jacinthes, jonquilles, tulipes et autres plantes à bulbe.

serres fleurs

Du local pour nos pétales

Pour guider les amoureux (des fleurs) dans leurs choix quelques plateformes ont vu le jour. Certaines proposent un système d’abonnement, d’autres des commandes uniques auprès de fleuristes indépendants ou producteurs situés dans la région. Certaines livraisons se font à vélo pour réduire au maximum l’impact environnemental. 

En boutique, on peut se référer aux labels comme « Plante Bleue », « Fleurs de France » ou « Label Rouge ». Pour les trouver, il suffit de se référer à La Fleur Française, un annuaire qui recense les fleuristes locaux.

Comme pour les fruits et les légumes, acheter local et de saison ne coûte pas plus cher pour les fleurs. Les producteurs n’ont pas à investir dans des produits phytosanitaires et des serres chauffées pour faire grandir leurs fleurs et cela se ressent sur le prix.

Parlons des fleurs séchées. Qui a dit qu’elles étaient ringardes et démodées ? Au diable les bouquets décrépits de grands-mères et place aux fleurs chics et bohèmes. Elles sont aux fleurs ce que les bocaux et conserves sont aux fruits et légumes. Vous aimez les pivoines et la lavande ? Pourquoi ne pas les faire sécher pour en profiter une fois les beaux jours passés ? Ramassez vos variétés préférées (attention, faites-le toujours dans le respect de l’environnement et sur des espaces autorisés), faites-les sécher la tête en bas, dans un endroit sombre où l’air est sec. Ensuite, à vous de jouer : suspendez-les à une guirlande, nouez-les avec un brin de paille, placez-les dans un joli vase…

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Rosa Cadaqués (@rosacadaques) le

L’avantage ? En plus d’apporter une petite touche bohème à votre intérieur, les fleurs séchées ne requièrent aucun soin. Parfait pour celles et ceux qui n’ont pas la main verte.

Si vous n’avez pas la fibre florale et créative, il existe là aussi des plateformes pour commander des bouquets de fleurs séchées écoresponsables.

Et vous, quelles sont vos astuces pour des bouquets aussi beaux qu’écolos ? Partagez-les sur Facebook ou Instagram.

Vous vendez ou produisez des fleurs écoresponsables ?

Inscrivez-vous vite sur Granvillage pour embaumer notre communauté !

© Photo couverture  : Georgia de Lotz