AccueilBlogActualitésLe commerce équitable en 5 questions

Le commerce équitable en 5 questions

Dans les catégories Actualités, Consommer responsable
-
Le 08 mai 2021
5 questions sur le commerce équitable En savoir plus
commerce équitable

Simple argument de vente ou véritable engagement ? Avec plus de 20% de croissance par an, le commerce équitable (ou fair trade) séduit toujours plus. Mais que signifie-t-il vraiment ? Est-il compatible avec une consommation locale ? Vous avez des questions sur le commerce équitable ? Nous avons les réponses ! 


Toutes les réponses à vos questions sur le commerce équitable 

.



Qu’est-ce que le commerce équitable ? 


À sa création, le commerce équitable avait pour objectif de se distinguer du commerce traditionnel en reposant sur une rémunération plus juste du producteur et des conditions de travail correctes. Aujourd’hui, en plus de l’aspect économique, il s’appuie également sur des piliers éthiques, environnementaux et sociaux. Il vise à réduire les inégalités grâce à des échanges commerciaux vertueux.  

Depuis le 31 juillet 2014, le commerce équitable est défini ainsi :  

« Le commerce équitable a pour objet d’assurer le progrès économique et social des travailleurs en situation de désavantage économique du fait de leur précarité, de leur rémunération et de leur qualification, organisés au sein de structures à la gouvernance démocratique, au moyen de relations commerciales avec un acheteur, qui satisfont aux conditions suivantes : Un engagement entre les parties au contrat sur une durée permettant de limiter l’impact des aléas économiques subis par ces travailleurs, qui ne peut être inférieure à trois ans. Le paiement par l’acheteur d’un prix rémunérateur pour les travailleurs, établi sur la base d’une identification des coûts de production et d’une négociation équilibrée entre les parties au contrat. L’octroi par l’acheteur d’un montant supplémentaire obligatoire destiné aux projets collectifs, en complément du prix d’achat ou intégré dans le prix, visant à renforcer les capacités et l’autonomisation des travailleurs et de leur organisation. Chaque entreprise intervenant dans ces filières est en mesure de produire des informations relatives à la traçabilité des produits. Les entreprises faisant publiquement état de leur appartenance au commerce équitable participent à des actions de sensibilisation et d’éducation à des modes de production et de consommation socialement et écologiquement durables. » 

commerce équitable

FINE, un réseau informel réunissant les quatre principales fédérations internationales du commerce équitable, le définit comme étant « un partenariat commercial, basé sur le dialogue, la transparence et le respect, qui vise plus d’équité dans le commerce international. » 

La DGCCRF précise dans l’article 173 de la loi du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises (dite loi PACTE), que l’utilisation du terme « équitable » dans la dénomination de vente d’un produit est désormais réservée aux produits effectivement issus du commerce équitable. 



Permet-il de consommer responsable ? 

Il n’existe pas de définition pour la consommation responsable. Il est cependant communément admis qu’une consommation responsable doit être respectueuse de l’environnement et bénéfique pour la société. En cela, le commerce équitable peut répondre aux exigences de la consommation responsable.  

D’un point de vue environnemental, il permet de réduire la production de gaz à effet de serre à travers la mise en place de pratiques respectueuses de l’environnement. Le modèle repose sur une agriculture paysanne, sur le maintien de la biodiversité agricole, sur une gestion durable des sols et sur l’utilisation de ressources et matières locales.   

D’un point de vue sociétal, il s’engage à respecter les conventions établies par l’Organisation Internationale du Travail : respect des libertés syndicales, salaire minimum, âge minimum, conditions de travail décentes… Il doit aussi répondre à d’autres exigences, comme l’égalité homme-femme, la gouvernance démocratique ou encore l’autonomisation des producteurs.  

L’impact environnemental des produits exotiques issus du commerce équitable ou les pratiques jugées inefficaces peuvent être pointées du doigt. On pourrait notamment lui reprocher l’origine des produits. Cependant, s’il est possible de consommer local pour de nombreux produits, comme les fruits, les légumes ou même les fleurs, pour d’autres, le choix de la proximité est moins concevable. En effet, certains produits consommés au quotidien ne peuvent pas être cultivés en France. C’est par exemple le cas du thé, du café ou même du cacao.  

cacao équitable

Mais s’il existe quelques ombres au tableau, son impact est globalement positif. Quelques nuances dans les points suivants. 



Le commerce équitable peut-il être français ? 


Longtemps, le commerce équitable n’a concerné que les produits exotiques. Mais depuis 2014, la nomination a été étendue aux produits issus des productions françaises. Comme pour son alter ego exotique, le commerce équitable français repose sur une juste rémunération des producteurs, une gouvernance démocratique, des pratiques visant à rendre les producteurs autonomes…  

Les produits issus de la filière équitable française peuvent notamment être identifiés grâce au label Agri-éthique France lancé en 2013. 



Local ou équitable, faut-il choisir ? 


Le commerce équitable et les productions locales ne s’opposent pas, bien au contraire ! Ce sont même deux notions complémentaires, qui se renforcent mutuellement et qui permettent de s’inscrire dans une démarche responsable. Car consommation locale ne rime pas toujours avec pratiques économiques, environnementales ou sociétales vertueuses.  

Lorsque c’est possible, on se tourne vers des produits locaux ET équitables. Avant d’acheter, on peut se renseigner sur l’origine du produit, les conditions dans lesquelles il a été cultivé, les conditions de travail de celles et ceux qui ont pris part à sa production… 

De nombreux petits producteurs n’ont pas la taille et les ressources nécessaires pour obtenir un label. Alors le mieux reste encore de faire preuve de curiosité et d’oser demander ! 




Quels sont les labels du commerce équitable ? 


Les labels commerce équitable permettent aux consommateurs d’identifier les produits qui répondent aux exigences économiques, environnementales et sociétales précédemment citées. En France, c’est la Commission nationale du Commerce Équitable (CNCE) qui se charge de reconnaître officiellement les organisations qui participent au commerce équitable. On retrouve notamment :  

  • Ecocert-équitable 
  • Fair Trade – Max Havelaar 
  • Bio équitable & Bio Solidaire 
  • Producteurs Paysans 
  • World Fair Trade Association – WFTO 

À ceux-là, le collectif Commerce Équitable France ajoute : 

Toutefois, les consommateurs doivent rester vigilants. Une enquête menée par le DGCCRF en France auprès de 593 établissements a permis de relever des infractions et manquements : 77 avertissements, 23 injonctions et 2 procès-verbaux pénaux ont été établis pour des pratiques commerciales trompeuses.  



Ouvrez l’œil et n’oubliez pas de vous questionner avant d’acheter.  

Et vous, privilégiez-vous les produits labellisés équitables lors de vos achats ? Partagez votre avis en commentaire ou sur Facebook & Instagram.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom/ pseudo pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Nous partageons les données à Akismet pour la protection contre le spam des commentaires. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires.