AccueilBlogActualitésÂge, catégorie socio-professionnelle… qui sont les néo-ruraux qui quittent la ville pour la campagne ?

Âge, catégorie socio-professionnelle… qui sont les néo-ruraux qui quittent la ville pour la campagne ?

Dans la catégorie Actualités
-
Le 18 juin 2017
Aaaah… qu’il est bon de vivre à la campagne ! A la veille de l’été, nous rêvons tous de notre petit jardin, dont le calme ne serait troublé que par le doux chant des oiseaux. Vous êtes de plus en plus nombreux à franchir le cap et à quitter les grandes agglomérations pour vivre en milieu rural. La rédaction du blog granvillage se penche sur la question, à travers une étude réalisée par Ipsos pour Groupama à propos de ceux qu’on appelle aujourd’hui les "néo-ruraux". En savoir plus
Alt image article

D’abord, contrairement à ce qu’on pourrait penser, quitter la ville n’est pas réservé à une catégorie de personnes à l’âge avancé, car 38% des néo-ruraux ont moins de 35 ans (contre seulement 25% des personnes qui habitent déjà en milieu rural). Quand ils choisissent la région où s’installer, les "néo-ruraux" sont à la recherche d’un certain confort climatique et d’une vitalité économique… et à ce jeu-là c’est le Sud-Ouest de la France qui les séduit le plus, en concentrant 21% des nouvelles installations loin de la ville.

Être plus proche de la nature pour gagner en qualité de vie

D’ailleurs, ceux qui font le choix d’aller vivre à la campagne ne sont pas forcément des "bobos", car il faut savoir que les catégories populaires représentent 36% des "néo-ruraux". Parmi les raisons qui motivent le choix de ces derniers, 42% d’entre eux disent le faire pour trouver un logement plus confortable, et 41% parce qu’ils souhaitent être plus proches de la nature. Bref, ils souhaitent améliorer leur qualité de vie, et ils sont très majoritaires à reconnaître qu’ils bénéficient de meilleures conditions à la campagne plutôt qu’en ville.

Et comment se passe la cohabitation entre les anciens citadins et les ruraux de longue date ? On ne peut mieux, car autour de 80% des ruraux voient positivement ces nouvelles installations. Pour eux, elles sont synonyme de maintien des services publics, dynamisantes pour le commerce local (et c’est là que granvillage a tout à jouer) et plus en général l’économie et l’animation de la commune.

Et vous… quand est-ce que vous vous mettez au vert ?

Pour en savoir plus sur le profil des "néo-ruraux", retrouvez l’intégralité de l’étude en cliquant sur ce lien : https://www.groupama.fr/nos-guides-et-publications/enquete-neo-ruraux/infographie


Etude réalisée par Ipsos pour Groupama du 23/02 au 03/03/2017 auprès d’un échantillon représentatif de la population composé de 998 personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom/ pseudo pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Nous partageons les données à Akismet pour la protection contre le spam des commentaires. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires.