On tique sur les sacs plastique

Amérique, Afrique, Europe, Océanie, Asie, Antarctique… vous vous souvenez des six continents appris en classe de géographie ? Figurez-vous qu’un septième s’est rajouté à la liste. Et non, l’Atlantide n’a toujours pas été découvert. Ce « nouveau continent » est en fait un amas de plastique de 1,6 km2 qui dérive au large de l’Océan Pacifique. Le 03 juillet, c’est la journée mondiale sans sacs plastique. Profitons-en pour partager nos alternatives écolos et contrer ce fléau !  

Le plastique pas fantastique

Né il y a une cinquantaine d’années, le sac plastique fut d’abord admiré parce que pratique. Depuis, 500 milliards de sacs plastique sont distribués chaque année dans le monde. Conçus pour un usage unique, ils se transforment en déchet une fois leur mission accomplie, ont une durée de vie fonctionnelle de 20 minutes mais mettraient près de 400 ans à se décomposer.

On les retrouve dans les rues, les forêts et les océans, où ils deviennent de véritables assassins pour de nombreuses espèces terrestres ou marines. Et ce n’est pas tout, ils commencent à polluer dès leur production ! Leur fabrication nécessite des produits pétroliers et contribue à l’émission de gaz à effet de serre.

Sacs plastique © AFP / CLAUDIO REYES

En 1994, le Danemark, bon élève, avait pris l’initiative de taxer les sacs en plastique. Au fil des années, d’autres pays européens ont suivi. La France a proscrit les sacs plastique en matière dégradable pas compostable en 2016. Au niveau de l’Union Européenne, ce sont tous les produits en plastique à usage unique qui disparaîtront d’ici 2021. Autant vous dire que du côté de la planète, les adieux ne seront pas déchirants !

 

Adieu sacs plastique, bonjour alternatives écologiques

L’évolution ne nous permettant pas de transporter les courses de la semaine à bout de bras, voici quelques solutions alternatives :

Les sacs en papier : alors oui, ils font bien pâle figure une fois mouillés. Mais quitte à utiliser des sacs à usage unique, autant les choisir recyclables ! Ici, pas besoin de pétrole, en revanche, leur production nécessite une grande consommation d’eau. Ils peuvent dépanner, mais ne sont pas encore une solution idéale.

SAC PAPIER © Pixabay

Les cabas en fibres naturelles et les paniers : plus chers à l’achat leur coût est rapidement amorti. Vous les garderez des dizaines d’années ! Le plus ? Ils offrent un petit côté vintage qu’on apprécie particulièrement.

Les tote-bags (sacs en tissu) : vous ne comptez plus ces sacs distribués gratuitement lors d’événements ou offerts par vos commerçants ? Réutilisez-les ! Sachez qu’un sac en coton issu de l’agriculture biologique utilisera moitié moins d’eau qu’un sac en coton classique. Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

 

Pour l’anecdote, un commerçant de Vancouver a décidé d’œuvrer pour la planète… à sa manière : pour dissuader ses clients d’utiliser des sacs plastique à usage unique, il leur propose des sacs plastique sur lesquels sont imprimés des messages gênants comme : « la compagnie des soins du côlon » ou encore « crème anti-verrue ». Préférant laisser leur égo sain et sauf, les clients se passent de sac. On salue la drôle d’initiative ! 

 

Découvrez l’actualité Granvillage !

© couverture : Paul Bence

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus sur les cookies. En savoir plus sur les cookies